Le Suquet

une autre facette de Cannes qui séduit l’âme

Du haut de son promontoire, le quartier du Suquet veille sur Cannes. C’est ici que tout a commencé, quand la ville n’était qu’un petit village de pêcheurs. En explorant le quartier du Suquet, on touche du doigt ce qui fait véritablement l’âme de Cannes. C’est au travers de ces rues que l’on découvre un passé historique passionnant, un lieu de culture(s) vivant et l’un des plus beaux points de vue de la ville. Partons nous perdre dans ces ruelles sinueuses et plonger dans l’âme vive de Cannes.

Le Suquet

La gourmandise

porte d’entrée du Suquet

Les papilles en fête rue Meynadier

Pour commencer cette petite excursion, on emprunte la rue Meynadier qui mène au pied du Suquet. Cette rue, à elle seule, mérite déjà la visite. Épiceries fines, conserverie, confiserie… Avec tous ces commerces de bouche, c’est un véritable paradis des papilles !

Les étals colorés du Marché Forville

Étroite et conviviale, la rue Meynadier débouche sur l’apothéose des gourmands : le marché Forville. Dans ce bel édifice orangé, maraîchers, poissonniers et fleuristes se côtoient et proposent aux cannois leurs plus beaux produits. On ne manque pas l’occasion de goûter à la fameuse socca, une spécialité provençale. Il faut bien prendre des forces pour monter au Suquet, non ?

Le partage et la convivialité pour adage

Dès les premiers pas dans ces rues, on découvre ce qui fait, aussi, la culture du Suquet : sa vie animée. Restaurants, petites boutiques, il y a dans ces allées conviviales de quoi passer de beaux moments. Sans compter sur les nombreux évènements qui s’y déroulent, tout au long de l’année.

Le charme des rues pavées

et ses souvenirs d’antan

Les greeters, de précieux compagnons de visite

C’est ici que l’on rejoint Nicole, une greeter. Cette cannoise passionnée a passé son enfance au Suquet. À ses côtés, on va découvrir le quartier, à la lumière de ses souvenirs et de ses anecdotes.

Un quartier empreint de mémoire(s)

Accompagnés de Nicole, on déambule dans ces rues pavées, aux façades pittoresques et aux bougainvilliers chargés de fleurs en été. C’est un décor magnifique, propice à de belles photos ! On prend le temps de passer d’une rue à l’autre, de la rue Saint-Antoine à la rue du Suquet et, chemin faisant, nous voilà au croisement de plusieurs rues où trône une petite fontaine, la fontaine du Suquet. C’est ici que Nicole venait jouer, enfant. Elle nous raconte les petits commerçants itinérants, les bruits et les parfums de ce quartier de Cannes, autrefois si populaire.

Quand la culture imprègne les murs

Le Suquet des Art(iste)s : un lieu insolite

C’est sur cette place que l’on part explorer un lieu original : le Suquet des Art(iste)s. Établi au sein d’une ancienne morgue, ce lieu a de quoi étonner. C’est ici que 4 artistes contemporains cannois ont installé leur atelier : Olivia Paroldi, Olivier Domin dit « Olll », Richard Ferri-Pisani et Grégory Berben. Peinture, collages, gravures, sculptures… La créativité est ici reine. Avec ses couloirs, ses alcôves arrondies et ses jeux de lumière, le Suquet des Art(iste)s est un lieu d’exposition à la fois atypique et idéal dans lequel on s’immerge en un instant.

Le fabuleux voyage au Musée des Explorations du Monde

On continue notre douce ascension jusqu’au sommet du Suquet, nommé la Castre. Ici se trouve l’église Notre-Dame-d’Espérance ainsi que le château médiéval des moines de Lérins, avec sa tour carrée. Il abrite le Musée des Explorations du Monde. Ce musée est un véritable trésor qui rassemble des collections de par le monde et d’époques très anciennes. Objets orientalistes de l’Iran du XIXe siècle, sujets inuits sculptés en os de morse, armes et ornements en cheveux ou en coquillages issus de l’Océanie, antiquités de la Méditerranée… On traverse les siècles et les cultures du monde, portés par ses mystères, ses rites et ses légendes.

En sortant du musée, on ne manque pas de profiter du paysage. Depuis la Castre, le point de vue sur Cannes est à couper le souffle. On a vraiment l’impression de dominer toute la ville !

L’info en +

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de prendre le bus électrique pour monter dans le Suquet.

Découvrez aussi